La Fondation Lune de Miel® fête ses deux ans !

    Depuis son lancement en avril 2014, la fondation a soutenu 24 projets favorisant la protection de l’abeille et le développement de l’apiculture. Découvrez certains d’entre eux ! 

    Soutenir la recherche à travers neuf projets

    Plusieurs chercheurs et centres de recherche sont aidés financièrement par la Fondation Lune de Miel®. Jean-Marc Bonmatin, chercheur au Centre de Biophysique Moléculaire du CNRS d’Orléans, revient sur deux projets soutenus : « le premier vise à comprendre pourquoi certaines lignées résistent mieux que d’autres aux néonicotinoïdes. Nous nous penchons pour cela sur les drosophiles, les insectes de laboratoire ressemblant le plus aux abeilles ». « Le deuxième projet porte sur la contamination de zones pourtant non traitées par les pesticides », ajoute-t-il. La Fondation de coopération scientifique Rovaltain a, elle aussi, bénéficié de l’appui de la fondation. « Notre but est de produire et de diffuser des connaissances dans le domaine de la santé et l’environnement », indique Wilfried Sanchez, son directeur. Le programme « SAUVONS LES ABEILLES !!! », qui s’étale sur cinq ans, va étudier les raisons de la disparition des pollinisateurs. «  Il a une dimension internationale car la question des abeilles est résolument internationale », ajoute-t-il.

     

    Sept projets destinés aux citoyens

    Les abeilles vivent en colonie et forment une société très organisée. La fondation soutient sept projets de sensibilisation destinés aux petits et grands. L’un d’entre eux est porté par Artpiculture, association d’éducation créative à l’environnement, qui organise des ateliers dans les Hautes-Pyrénées et les Pyrénées-Atlantiques. Comme l’explique Olivier Trouille, son directeur, « la démarche d’Artpiculture est pédagogique et créative. Les ateliers proposent notamment aux enfants de se mettre dans la peau d’une abeille pour mieux comprendre l’organisation de la ruche et le lien intime qui existe entre les fleurs, les abeilles et l’alimentation des hommes ». La fondation soutient par ailleurs plusieurs ruchers pédagogiques qui permettent de découvrir le monde des abeilles à travers l’observation de ruches. Ils accompagnent les participants dans une curiosité bienveillante envers les pollinisateurs et les invitent à adopter des pratiques respectueuses de la biodiversité.

     

    Développer la pratique apicole à travers six projets

    Les ruchers écoles sont quant à eux destinés aux aspirants apiculteurs. « Cela nous permet de former chaque année de jeunes apiculteurs et de développer nos infrastructures », indique Bernard Prat, responsable du Rucher école du Béarn. L’Observatoire Français d’Apidologie fait également partie des structures soutenues par la fondation pour développer l’apiculture. « Notre objectif est d’apporter des réponses aux problèmes de la filière apicole aux niveaux français et européen », explique Thierry Dufresne, tout en revenant sur des chiffres alarmants : «  pour pouvoir maintenir la pollinisation indispensable à la production agricole, et donc à la sécurité alimentaire, il manque environ 15 millions de ruches en Europe et 30 000 nouveaux apiculteurs devraient être formés d’ici 2025 ». « Cela aura également une incidence positive sur la production de miel », complète-t-il.

     

    Deux projets focalisés sur l’agriculture responsable 

    L’association Bee friendly a notamment été créée en 2011 à l’initiative d’associations  apicoles européennes (françaises, allemandes, italiennes). « Pour les apiculteurs, Bee friendly est perçue comme un outil de dialogue avec les agriculteurs pour faire évoluer les pratiques apicoles », explique Anne Furet, collaboratrice du projet. La fondation soutient également le Lycée agricole de Nérac (Lot-et-Garonne) dans le cadre d’un projet d’apiculture durable et compatible avec les grandes cultures.

     

     

    Ces 24 projets s’inscrivent dans la mission de la Fondation Lune de Miel® pour la protection de l’abeille et le développement de l’apiculture. Vous avez un projet ? Cliquez ici pour le soumettre.